Le Plancher de Jeannot

Création 2013

Monodrame
Musique de Sébastian Rivas pour soprano, flûte, clarinette, piano, violon, violoncelle, informatique musicale, vidéo et photographie

Ce projet est tiré des écrits qui ont été gravés à la main, des mois durant, sur le plancher de sa chambre, par un jeune schizophrène, avant de se laisser mourir de faim. Ce plancher livre un texte cru, un témoignage sur le délire mais également un objet d’art brut. Un objet où la frontière entre folie et expression artistique se floue.

Sebastian Rivas, composition musicale
Jean-Luc Daumard, photographie, univers visuel
Ryan Cotenceau, vidéo
José Miguel Fernandez, réalisateur informatique musicale
La Muse en Circuit, dispositif et diffusion sonore

Donatienne Michel-Dansac, soprano / Sophie Deshayes, flûte / Jean-Marc Fessard, clarinette / Vincent Leterme, piano / Lyonel Schmit, violon / Séverine Ballon, violoncelle
Et Renaud Déjardin, direction musicale
Commande de l’État.
Créé le 17 mai 2013 par l’Ensemble Sillages à la MAC de Créteil dans le cadre du Festival Extension de la Muse en Circuit.
Reprise au Quartz à Brest le 26 novembre 2013


Le Plancher de Jeannot est structuré en treize tableaux qui s’enchaînent. Chacun des tableaux est focalisé sur une matière textuelle, musicale et visuelle, issue de la fragmentation du texte original.

À travers le chant, la vidéo et l’écriture instrumentale, Le plancher de Jeannot met en scène la multiplicité des voix et des personnages contenus dans un seul sujet, ses moments de furie et ses accalmies lancinantes. Un théâtre musical de la démence qui s’achève par la chute du voile du réel.

Loin d’une volonté de controverse, ce projet est né de la rencontre fortuite, au hasard d’une rue, avec l’immense plancher. Dès lors, nous avons été subjugués par la force de l’objet plastique, par sa radicalité, et son défi des codes établis. Il est un objet sans mémoire en ce sens qu’il ne se positionne pas esthétiquement par rapport à un genre, car il n’est pas le produit d’un artiste professionnel, d’un artiste d’école mais d’un personnage dé-socialisé, dé-culturalisé. Au delà de la force qu’il dégage, il témoigne d’une entreprise systématique de travail, d’une réelle volonté d’expression et de transmission. Il touche plusieurs champs artistiques, la gravure, bien sûr, mais aussi la typographie, si soignée, qui devient au final de simples trous dans l’écorce lorsque le langage qu’elle supporte se désintègre dans sa répétition. Répétition sans ponctuation et avec variation de motifs incessants, d’images récurrentes, qui en deviennent presque des slogans, de la poésie sonore

Ainsi Le Plancher de Jeannot n’est pas l’histoire de son auteur, mais de la naissance de l’objet, du processus de sublimation qui mène un esprit (la voix) vers la création artistique, comme issue à l’oppression, mais bien trop loin vers la démence.



Contact

Ensemble Sillages
Le Quartz
60, rue du Château
BP 91039
29210 BREST CEDEX 1
+33(0)2.98.47.94.14
> info ensemblesillages.com
> www.ensemblesillages.com